DELIVRANCE

SOYEZ DANS LA JOIE

9 novembre, 2012

10 Novembre

Classé dans : Vigile "Son & Daughter of God" E. White — prieresetvie @ 23:31

ABRAHAM A TOUJOURS FAIT PREUVE D’UNE COURTOISIE DÉSINTÉRESSÉE

Tout le pays n’est-il pas devant toi ? Sépare-toi donc de moi : si tu vas à gauche, j’irai à droite ; si tu vas à droite, j’irai à gauche. Genèse 13:9.

Cette maison d’Abraham se composait de plus d’un millier de personnes. Ceux qui, par ses enseignements, étaient amenés à adorer le vrai Dieu, trouvaient un gîte dans son camp. Là, comme dans une école, ils recevaient des enseignements qui devaient les préparer à être les représentants d’une foi pure et véritable.
De son côté, Abraham était poussé par son affection pour ses enfants et pour toute sa maison, comme par sa sollicitude pour leur bonheur éternel, à exalter à leurs yeux les divins statuts comme le plus précieux héritage qu’il pût leur laisser et, par eux, communiquer au monde entier. Dans son camp, chacun devait savoir qu’il relevait de la souveraineté de Dieu. Sous ce signe, on ne devait connaître ni oppression chez les parents, ni désobéissance chez les enfants. La loi de Dieu assignant à chacun son devoir, la soumission à cette loi pouvait seule procurer le bonheur et la prospérité.
Aussi, l’exemple du patriarche, l’influence silencieuse de sa vie quotidienne constituaient-ils un enseignement permanent. L’inflexible droiture de sa conduite, son affabilité désintéressée et la rare courtoisie qui lui avaient valu l’admiration de personnages royaux, régnaient au sein de son foyer. L’atmosphère de noblesse et de bénignité qui rayonnait de sa personne révélait à tous le fait qu’il vivait avec le ciel. Dans sa maison, le plus humble serviteur n’était pas ignoré; on n’y voyait pas deux lois, l’une pour le maître, l’autre pour le serviteur; une entrée royale pour le riche et une autre pour le pauvre. Chacun y était traité avec justice et compassion

C’était un homme de foi, qui avait toujours suivi les principes de la plus stricte intégrité. Dans toutes ses transactions commerciales il était courtois et honnête. Sa vie était dirigée par la politesse Chrétienne, et il plaçait le service du Seigneur avant toute autre chose. Il ne s’écarterait pas d’un cheveu des purs principes chrétiens. Chacun a la possibilité de pratiquer la vraie courtoisie, l’image du Christ.

Laisser un commentaire

 

verdino poesie. |
Confessions D'une Femm... |
Duo de mémoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Théâtre du Moment
| apprentie
| Labyrinthe