DELIVRANCE

SOYEZ DANS LA JOIE

12 mars, 2017

20 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 21:23

CHOISIR UN CONJOINT (Genèse 24)

Je te ferai jurer par l’Éternel, le Dieu du ciel et le Dieu de la terre, de ne pas prendre pour mon fils une femme parmi les filles des Cananéens au milieu desquels j’habite, mais d’aller dans mon pays et dans ma patrie prendre une femme pour mon fils Isaac.
Genèse 24 : 3,4

La foi d’Abraham et sa soumission à la volonté de Dieu se reflétait dans le caractère d’Isaac ; Mais il possédait, un tempérament très affectueux, une nature douce et conciliante. Si il s’était uni avec une personne qui ne craignait pas Dieu, il aurait fait face au danger de sacrifier ses principes par souci d’harmonie dans son foyer. Dans l’esprit d’Abraham, le choix d’une femme pour son fils était un sujet de la plus haute importance ; Il souhaitait ardemment que son fils épouse une femme qui ne l’éloignerait pas de Dieu….

Abraham n’ignorait pas les conséquences qui résultent de mariages entre les croyants et les incroyants. Il avait sous les yeux tout ce qui s’était passé à cet égard depuis le temps de Caïn jusqu’à son époque, y compris les conséquences de son mariage avec Agar, comme de ceux d’Ismaël et de Lot. Son manque de foi et celui de Sara avaient eu pour résultat la naissance d’Ismaël, chez qui, depuis l’enfance, l’influence et les enseignements du père avaient été contrecarrés par la parenté idolâtre de la mère. La jalousie d’Agar et des femmes qu’elle avait données à Ismaël avait entouré la famille de celui-ci d’une barrière qu’Abraham avait été impuissant à renverser, et l’idolâtrie s’était établie dans la famille du fils aîné….
La femme de Lot, nature égoïste et irréligieuse, avait fait beaucoup pour séparer son mari d’Abraham. N’eût été cette femme, Lot ne serait jamais resté à Sodome, privé des conseils et de la sagesse de son oncle….

Nulle personne craignant Dieu ne peut, sans danger, s’unir à un conjoint qui n’a pas cette crainte. “Deux hommes marchent-ils ensemble, Sans en être convenus ? ” (Amos 3 : 3). Le bonheur et la prospérité du mariage dépendent de l’union des deux époux. Or, entre le croyant et le non-croyant existe une divergence radicale de goûts, d’inclinations, de projets. Ils servent deux maîtres distincts et inconciliables. Les principes du conjoint croyant ont beau être purs et irréprochables, la vie en commun l’éloignera de Dieu…. Telles sont les directives de Dieu : “Ne vous mettez pas sous un joug étranger en vous unissant aux infidèles.” (2 Corinthiens 6 : 14-18)

Laisser un commentaire

 

verdino poesie. |
Confessions D'une Femm... |
Duo de mémoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Théâtre du Moment
| apprentie
| Labyrinthe