DELIVRANCE

SOYEZ DANS LA JOIE

23 mars, 2017

7 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 9:24

TROUBLES AU FOYER (Genèse 37 : 1-11)

Ses frères virent que leur père l’aimait plus qu’eux tous, et ils le prirent en haine. Ils ne pouvaient lui parler avec amitié. Genèse 37 : 4

Le péché de Jacob ne laissa pas cependant d’exercer dans sa famille une influence fâcheuse dont les fruits amers se manifestèrent dans le caractère et la vie de ses fils. Arrivés à la maturité, ceux-ci avaient de graves défauts. D’autre part, la polygamie produisit les conséquences lamentables qu’elle engendre tout naturellement: elle fit tarir les sources de l’amour; les liens les plus sacrés se relâchèrent; la jalousie entre les mères créa une pénible tension au sein de la famille. Les enfants grandirent, querelleurs et ennemis de toute contrainte, et la vie du père fut assombrie par le chagrin.

Un des fils de Jacob, cependant, avait un caractère très différent de celui de ses frères: c’était Joseph, le fils aîné de Rachel, dont la rare beauté physique semblait refléter les admirables qualités de son esprit et de son cœur. Pur, actif, enjoué, il faisait preuve de force morale et de fermeté. Docile aux instructions de son père, il aimait obéir à Dieu. Les traits de caractère qui le distinguèrent par la suite: l’amabilité, la fidélité au devoir et la véracité, apparaissaient déjà dans sa vie d’enfant. Après la mort de sa mère, il reporta son affection sur son père, qui, de son côté, concentrait sa tendresse sur cet enfant de sa vieillesse. “Il aima Joseph plus que tous ses autres fils.”

Cette préférence devait engendrer bien des douleurs. En manifestant imprudemment son affection pour ce fils, Jacob provoqua de la jalousie chez ses frères…. Le don peu judicieux que fit Jacob à Joseph d’un riche vêtement que portaient seules, à cette époque, les personnes de distinction, fut, aux yeux de ses fils, une nouvelle preuve de sa partialité, et fit naître en eux le soupçon qu’il se proposait de les écarter du droit d’aînesse pour l’attribuer au fils de Rachel. Leur colère grandit encore lorsqu’un jour le jeune garçon vint leur raconter un songe qu’il avait eu….

En contemplant Joseph, debout devant eux, son beau visage illuminé par l’Esprit de l’inspiration, Ses frères ne pouvaient réprimer un sentiment d’admiration. Mais, refusant d’abandonner leur vie de désordre, ils continuaient à haïr celui dont la pureté condamnait leurs péchés. L’esprit de Caïn s’emparait de leurs cœurs.

Laisser un commentaire

 

verdino poesie. |
Confessions D'une Femm... |
Duo de mémoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Théâtre du Moment
| apprentie
| Labyrinthe