DELIVRANCE

SOYEZ DANS LA JOIE

10 avril, 2017

17 Mars

Classé dans : Vigile "Son & Daughter of God" E. White — prieresetvie @ 7:52

LA VOIE DES HOMMES (Exode 2 : 11-15)

Moïse fut instruit dans toute la sagesse des Égyptiens, et il était puissant en paroles et en oeuvres.
Actes 7 : 22

Moïse a cru que la sagesse égyptienne le qualifiait pleinement à délivrer Israël de l’esclavage. Ne connaissait-il pas tout ce qui était nécessaire à un général d’armée? N’avait-il pas profité des meilleures écoles du pays? Il se sentait capable de délivrer son peuple. Il s’est mis à l’ouvrage en cherchant à gagner la faveur des siens, redressant les offenses. Il a tué un Égyptien qui se montrait injuste envers un Israélite. En cela, il faisait preuve du même esprit meurtrier que celui qui avait tué dès le commencement; il s’est montré incapable de représenter un Dieu de miséricorde, d’amour et de tendresse.
Moïse a échoué misérablement lors de sa première tentative. Comme beaucoup d’autres, il a aussitôt perdu confiance en Dieu et s’est détourné de sa tâche. Il s’est enfui loin de la colère du pharaon. Il a conclu que parce qu’il avait gravement péché en tuant un Égyptien, Dieu ne lui permettrait pas d’aider son peuple à se libérer de son cruel esclavage. Mais le Seigneur a permis qu’il en soit ainsi, afin d’enseigner à Moïse la douceur, la bonté et la patience qu’il est nécessaire à tout ouvrier du Maître de posséder s’il veut servir sa cause avec succès….

Le Seigneur permis à Moïse de montrer la folie de la sagesse humaine et la faiblesse de la force des hommes afin qu’il puisse comprendre que sans l’aide du Christ, il est totalement impuissant et inefficace.

En tuant un Égyptien, Moïse était tombé dans l’erreur souvent commise par ses pères, erreur qui consistait à vouloir faire eux-mêmes ce que le Seigneur avait promis d’accomplir lui-même. Dieu ne se proposait nullement, comme Moïse le pensait, de délivrer son peuple par la guerre, mais par sa propre puissance, afin que lui seul en eût toute la gloire. Il fit néanmoins contribuer cette erreur à l’accomplissement de sa volonté. Moïse n’était pas prêt pour la grande œuvre qui l’attendait. Comme Abraham et Jacob, il devait apprendre à ne pas compter, pour exécuter les promesses divines, sur la force ou sur la sagesse humaine, mais sur la seule puissance de Dieu.

Laisser un commentaire

 

verdino poesie. |
Confessions D'une Femm... |
Duo de mémoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Théâtre du Moment
| apprentie
| Labyrinthe