DELIVRANCE

SOYEZ DANS LA JOIE

11 avril, 2017

19 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 20:23

DE PLUS GRANDE VALEUR

Regardant l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Égypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération.
Hébreux 11 : 26

Moïse a été un étudiant. Il était versé dans tous les enseignements des Egyptiens, mais cela ne suffisait pas pour être prêt pour l’œuvre qu’il devrait mener. Il était dans le plan de Dieu que Moïse apprenne à être patient, et à tempérer ses passions. Dans l’école de l’abnégation et de l’adversité, il devait recevoir une éducation qui sera de la plus haute importance pour lui. Ces épreuves l’ont préparé à exercer un soin paternel envers tous ceux qui avaient besoin de son aide. Aucune connaissance, aucune étude, aucun discours ne peut se substituer à l’expérience de l’épreuve pour celui qui doit protéger les âmes dont il doit rendre compte. En travaillant comme un simple berger, en s’oubliant soi-même et en se souciant du troupeau qui est à sa charge, Moïse devint apte pour l’œuvre la plus exaltante qui ait été donné à un homme : être le berger des agneaux du pâturage du Seigneur.

Ceux qui craignent Dieu doivent être connectés à Lui. Christ est l’enseignant le plus parfait que le monde ait connu. Recevoir de Lui la sagesse et la connaissance avait plus de valeur pour Moïse, que tous les enseignements des Egyptiens….
La foi de Moïse l’a mené à regarder à ce qui est invisible, à ce qui est éternel. Il laissa les magnifiques attraits d’une courte vie car le péché s’y trouvait. Il abandonna les cadeaux et les biens qui flattent et qui ne mènent qu’à la ruine et à la destruction. Les réels attraits, ce qui est éternel était importants pour lui. Les sacrifices qui Moïse a fait n’étaient pas réellement des sacrifices. Il devait laisser partir les cadeaux, les apparences, et les bien qui flattent pour ce qui est bien réels, de haute valeur et immortel.

Moïse a enduré les reproches du Christ, car il considérait que ces reproches étaient des trésors de bien plus grande valeur que tous les trésors d’Egypte. Il croyait ce que Dieu disait et il n’était pas influencé à s’écarter de la droiture par les reproches du monde. Il marcha sur la Terre librement, tel un homme de Dieu…. Il regarda à ce qui était invisible, et ne s’en venta point. Les prix et les récompenses l’attiraient, et il pourrait en être de même pour nous. Il connaissait Dieu.

Laisser un commentaire

 

verdino poesie. |
Confessions D'une Femm... |
Duo de mémoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Théâtre du Moment
| apprentie
| Labyrinthe