DELIVRANCE

SOYEZ DANS LA JOIE

20 avril, 2017

25 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 7:50

Enfin libres ! (Exode 12 : 29-42)

Il fit sortir son peuple dans l’allégresse, Ses élus au milieu des cris de joie.
Psaumes 105 : 43

Debout et en silence, les reins ceints et le bâton à la main, le cœur partagé entre la crainte et l’espérance, les Israélites attendaient le décret royal qui devait les chasser du pays d’Égypte. Avant que le jour parut, ils étaient en voyage…. Cette journée achevait d’accomplir la prédiction faite à Abraham longtemps auparavant: “Ta postérité sera étrangère dans un pays qui ne lui appartiendra pas; elle y sera asservie et opprimée pendant quatre cents ans. Mais je jugerai à son tour la nation à laquelle tes descendants auront été asservis; et ensuite ils sortiront avec de grandes richesses.”
En faisant sortir Israël d’Égypte, le Seigneur manifesta une fois de plus sa puissance et sa miséricorde. Les miracles éclatants qu’il opéra pour le délivrer de la servitude et sa façon de le conduire dans le désert ne visaient pas le seul avantage du peuple hébreu, mais ils devaient également servir de leçon aux nations voisines. L’Éternel se révéla ainsi comme un Dieu supérieur à toute autorité et à toute grandeur humaine. Les signes et les prodiges accomplis en faveur d’Israël montraient sa puissance sur la nature et sur son plus fervent adorateur.

Le Seigneur visita l’orgueilleux royaume des Égyptiens comme il le fera pour toute la terre dans les derniers jours de l’histoire humaine. Le grand Je Suis délivra son peuple par le feu et la tempête, le tremblement de terre et la mort. Il le retira du pays de l’esclavage et le conduisit à travers “ce grand et affreux désert, où il y a des serpents brûlants et des scorpions, dans des lieux arides et sans eau”. Il fit même jaillir pour lui “de l’eau du rocher le plus dur”, et il le nourrit avec le “blé du ciel.” Moïse déclare : “La portion de l’Éternel, c’est son peuple, Jacob est la part de son héritage. Il l’a trouvé dans une contrée déserte, dans une solitude aux effroyables hurlements; il l’a entouré, il en a pris soin, il l’a gardé comme la prunelle de son œil, pareil à l’aigle qui éveille sa couvée, voltige sur ses petits, déploie ses ailes, les prend, les porte sur ses plumes. L’Éternel seul a conduit son peuple. Et il n’y avait avec lui aucun Dieu étranger. C’est ainsi qu’il attira Israël à lui afin qu’il habite à l’ombre du Tout-Puissant.

Laisser un commentaire

 

verdino poesie. |
Confessions D'une Femm... |
Duo de mémoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Théâtre du Moment
| apprentie
| Labyrinthe