DELIVRANCE

SOYEZ DANS LA JOIE

2 mai, 2017

2 Avril

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 8:32

IL A TRAHI SON FRÈRE (Exode 32 : 7-24)

Aaron répondit: Que la colère de mon seigneur ne s’enflamme point! Tu sais toi-même que ce peuple est porté au mal.
Exode 32 : 21

Aaron cherche à se disculper en racontant les clameurs des Israélites…. Mais ses excuses et ses équivoques ne servirent de rien….

C’était Aaron, “le saint de l’Éternel”, qui avait fait l’idole et publié la fête. Celui qui avait été l’interprète de Moïse, et dont Dieu avait dit: “Je sais qu’il parlera très bien” n’avait pas mis le moindre obstacle au projet sacrilège des idolâtres; celui par le moyen de qui Dieu avait frappé de ses jugements les Égyptiens et leurs dieux, avait écouté sans s’émouvoir cette proclamation faite en présence de l’image de fonte: “Voilà, ô Israël! ton dieu qui t’a fait sortir du pays d’Égypte!” L’homme qui avait accompagné Moïse sur le sommet de la montagne et contemplé la gloire incomparable de l’Éternel avait assimilé cette gloire à l’image d’un veau! En un mot, c’était celui à qui Dieu avait confié, en l’absence de Moïse, le gouvernement de son peuple, qui sanctionna son apostasie!

S’il avait eu le courage de défendre les droits divins sans égards aux conséquences, il aurait empêché cette apostasie. En restant inébranlablement fidèle; en rappelant au peuple les foudres du Sinaï, son alliance avec Dieu et sa promesse de garder sa loi, le mal aurait été conjuré. Mais la facilité qu’Aaron avait apportée à accéder aux désirs du peuple, la calme assurance avec laquelle il s’était soumis à ses volontés avaient encouragé la foule à aller plus loin dans le péché qu’elle ne se l’était proposé. Aussi Dieu était-il “tellement irrité contre Aaron, qu’il voulait le faire périr”. Ce ne fut que grâce à la fervente intercession de Moïse que sa vie fut épargnée; il ne rentra dans la faveur de Dieu qu’après s’être repenti et humilié.

S’il avait eu le courage de défendre les droits divins sans égards aux conséquences, il aurait empêché cette apostasie. En restant inébranlablement fidèle; en rappelant au peuple les foudres du Sinaï, son alliance avec Dieu et sa promesse de garder sa loi, le mal aurait été conjuré. Mais la facilité qu’Aaron avait apportée à accéder aux désirs du peuple, la calme assurance avec laquelle il s’était soumis à ses volontés avaient encouragé la foule à aller plus loin dans le péché qu’elle ne se l’était proposé….

De tous les péchés que le Seigneur punira un jour, il n’en est pas de plus grave à ses yeux que celui qui consiste à encourager le mal chez son prochain….

Laisser un commentaire

 

verdino poesie. |
Confessions D'une Femm... |
Duo de mémoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Théâtre du Moment
| apprentie
| Labyrinthe