DELIVRANCE

SOYEZ DANS LA JOIE

11 avril, 2017

19 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 20:23

DE PLUS GRANDE VALEUR

Regardant l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Égypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération.
Hébreux 11 : 26

Moïse a été un étudiant. Il était versé dans tous les enseignements des Egyptiens, mais cela ne suffisait pas pour être prêt pour l’œuvre qu’il devrait mener. Il était dans le plan de Dieu que Moïse apprenne à être patient, et à tempérer ses passions. Dans l’école de l’abnégation et de l’adversité, il devait recevoir une éducation qui sera de la plus haute importance pour lui. Ces épreuves l’ont préparé à exercer un soin paternel envers tous ceux qui avaient besoin de son aide. Aucune connaissance, aucune étude, aucun discours ne peut se substituer à l’expérience de l’épreuve pour celui qui doit protéger les âmes dont il doit rendre compte. En travaillant comme un simple berger, en s’oubliant soi-même et en se souciant du troupeau qui est à sa charge, Moïse devint apte pour l’œuvre la plus exaltante qui ait été donné à un homme : être le berger des agneaux du pâturage du Seigneur.

Ceux qui craignent Dieu doivent être connectés à Lui. Christ est l’enseignant le plus parfait que le monde ait connu. Recevoir de Lui la sagesse et la connaissance avait plus de valeur pour Moïse, que tous les enseignements des Egyptiens….
La foi de Moïse l’a mené à regarder à ce qui est invisible, à ce qui est éternel. Il laissa les magnifiques attraits d’une courte vie car le péché s’y trouvait. Il abandonna les cadeaux et les biens qui flattent et qui ne mènent qu’à la ruine et à la destruction. Les réels attraits, ce qui est éternel était importants pour lui. Les sacrifices qui Moïse a fait n’étaient pas réellement des sacrifices. Il devait laisser partir les cadeaux, les apparences, et les bien qui flattent pour ce qui est bien réels, de haute valeur et immortel.

Moïse a enduré les reproches du Christ, car il considérait que ces reproches étaient des trésors de bien plus grande valeur que tous les trésors d’Egypte. Il croyait ce que Dieu disait et il n’était pas influencé à s’écarter de la droiture par les reproches du monde. Il marcha sur la Terre librement, tel un homme de Dieu…. Il regarda à ce qui était invisible, et ne s’en venta point. Les prix et les récompenses l’attiraient, et il pourrait en être de même pour nous. Il connaissait Dieu.

18 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 8:35

L’UNIVERSITÉ DE DIEU

Car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu. Aussi est-il écrit: Il prend les sages dans leur ruse.
1 Corinthiens 3 : 19

Dans leurs efforts pour se rendre dignes d’être collaborateurs de Dieu par leur propre force, les hommes se mettent souvent dans des situations qui les disqualifient pour être modelés et façonnés comme le Seigneur le voudrait. Ainsi, ils ne sont pas modelés selon la similitude divine comme Moïse a pu l’être. En se soumettant à la discipline de Dieu, Moïse devint un canal sanctifié à travers lequel le Seigneur pouvait travailler. Moïse n’a pas hésité à changer ses voies pour les voies du Seigneur, même si cela l’a mené sur des chemins étranges, des chemins qui n’ont jamais été empruntés….
Ce n’était pas l’enseignement des écoles d’Égypte qui a permis à Moïse de triompher de tous ses ennemis, mais une foi respectueuse, une foi inébranlable, une foi qui ne faillit pas face aux circonstances les plus difficiles…. Moïse agissait comme s’il voyait l’Invisible.

Dieu ne recherche pas des hommes à l’éducation parfaite…. Le Seigneur veut des hommes qui apprennent à apprécier le privilège d’être des ouvriers de Dieu, des hommes qui l’honoreront en étant obéissants à Ses attentes en dépit des théories qui leur ont été inculqués….

Beaucoup de ceux qui cherchent à être efficaces pour l’œuvre de Dieu en perfectionnant leur éducation à l’école des hommes, découvriront qu’ils ont échoué à apprendre les leçons bien plus importantes que le Seigneur veut leur enseigner. En négligeant de se soumettre à l’œuvre du Saint-Esprit en ne vivant pas dans l’obéissance de toutes les exigences de Dieu, leur efficacité spirituelle est affaiblie…. En s’abstenant de l’école de Christ, ils ont oublié le son de la voix du Maître, et Il ne peut plus les diriger. Même si les hommes venaient à acquérir toutes les connaissances possibles que les enseignants humains pouvaient donner, la sagesse que Dieu attend des hommes est bien plus grande. Comme Moïse, ils doivent apprendre la douceur, l’humilité du cœur, et la méfiance de soi. Notre Sauveur lui-même alors qui était sur Terre a reconnu qu’il ne peut rien faire de lui-même. Nous devons aussi apprendre qu’il n’y a pas de force dans l’humanité. L’homme ne devient efficace qu’en devenant partie prenante de la nature divine.

10 avril, 2017

17 Mars

Classé dans : Vigile "Son & Daughter of God" E. White — prieresetvie @ 7:52

LA VOIE DES HOMMES (Exode 2 : 11-15)

Moïse fut instruit dans toute la sagesse des Égyptiens, et il était puissant en paroles et en oeuvres.
Actes 7 : 22

Moïse a cru que la sagesse égyptienne le qualifiait pleinement à délivrer Israël de l’esclavage. Ne connaissait-il pas tout ce qui était nécessaire à un général d’armée? N’avait-il pas profité des meilleures écoles du pays? Il se sentait capable de délivrer son peuple. Il s’est mis à l’ouvrage en cherchant à gagner la faveur des siens, redressant les offenses. Il a tué un Égyptien qui se montrait injuste envers un Israélite. En cela, il faisait preuve du même esprit meurtrier que celui qui avait tué dès le commencement; il s’est montré incapable de représenter un Dieu de miséricorde, d’amour et de tendresse.
Moïse a échoué misérablement lors de sa première tentative. Comme beaucoup d’autres, il a aussitôt perdu confiance en Dieu et s’est détourné de sa tâche. Il s’est enfui loin de la colère du pharaon. Il a conclu que parce qu’il avait gravement péché en tuant un Égyptien, Dieu ne lui permettrait pas d’aider son peuple à se libérer de son cruel esclavage. Mais le Seigneur a permis qu’il en soit ainsi, afin d’enseigner à Moïse la douceur, la bonté et la patience qu’il est nécessaire à tout ouvrier du Maître de posséder s’il veut servir sa cause avec succès….

Le Seigneur permis à Moïse de montrer la folie de la sagesse humaine et la faiblesse de la force des hommes afin qu’il puisse comprendre que sans l’aide du Christ, il est totalement impuissant et inefficace.

En tuant un Égyptien, Moïse était tombé dans l’erreur souvent commise par ses pères, erreur qui consistait à vouloir faire eux-mêmes ce que le Seigneur avait promis d’accomplir lui-même. Dieu ne se proposait nullement, comme Moïse le pensait, de délivrer son peuple par la guerre, mais par sa propre puissance, afin que lui seul en eût toute la gloire. Il fit néanmoins contribuer cette erreur à l’accomplissement de sa volonté. Moïse n’était pas prêt pour la grande œuvre qui l’attendait. Comme Abraham et Jacob, il devait apprendre à ne pas compter, pour exécuter les promesses divines, sur la force ou sur la sagesse humaine, mais sur la seule puissance de Dieu.

6 avril, 2017

16 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 7:33

LE BON CHOIX

C’est par la foi que Moïse, devenu grand, refusa d’être appelé fils de la fille de Pharaon, aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que d’avoir pour un temps la jouissance du péché.
Hébreux 11 : 24, 25

Dans les écoles d’Egypte, Moïse reçut l’instruction civile et militaire la meilleure possible. Très attachant, imposant, cultivé, d’allure princière, chef militaire renommé, il devint la fierté de la nation.

En vertu des lois, on ne pouvait occuper le trône du Pharaon sans appartenir à la caste sacerdotale. En conséquence, en sa qualité d’héritier présomptif, Moïse dut être initié aux mystères de la religion nationale…. Il les étudia avec un zèle infatigable; mais on ne put jamais le déterminer à sacrifier aux faux dieux. Il fut alors averti que s’il persistait dans la foi hébraïque, sa déchéance serait prononcée par la princesse. Mais il demeura inflexible dans sa décision de ne rendre hommage qu’au seul Dieu créateur des cieux et de la terre. Dans ses discussions avec les prêtres et le peuple, il démontrait combien était insensée la vénération superstitieuse qu’ils accordaient à des objets inanimés. Personne ne pouvait réfuter ses arguments ni changer sa manière de voir….

Moïse était capable d’occuper un rang élevé parmi les grands de la terre; il pouvait briller à la cour du plus glorieux empire et en tenir dignement le sceptre. Sa supériorité intellectuelle le plaçait au-dessus des grands hommes de tous les siècles. Comme historien, poète, philosophe, général et législateur, il était sans égal. Et néanmoins, ayant le monde entier devant lui, il eut la force morale de renoncer aux perspectives brillantes de la richesse et des grandeurs humaines….

Moïse avait appris quelle serait la récompense finale réservée aux humbles et fidèles serviteurs de Dieu. Pour lui, toute la gloire mondaine était éclipsée par cette promesse. Le trône et le somptueux palais des Pharaons lui étaient offerts. Mais il connaissait les péchés et l’impiété qui régnaient dans ce milieu séducteur. Par-delà les magnifiques résidences, par-delà la couronne d’un empire, il entrevoyait la gloire incomparable qui sera le partage des saints du Très-Haut dans un règne de pureté et d’innocence. Il voyait le diadème impérissable que le Roi du ciel placera sur le front des vainqueurs.

15 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 7:21

UNE MÈRE ESCLAVE (Exode 2 : 1-10)

Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre; Et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas.
Proverbes 22 : 6

Jokébed était une femme, une esclave. Sa condition était humble, son fardeau, lourd. Mais jamais le monde ne reçut de plus grande bénédiction à travers une femme qu’à travers elle, si l’on excepte Marie de Nazareth. Sachant que son fils [Moïse] serait bientôt enlevé à ses soins, remis à des gens ignorants de Dieu, elle chercha avec d’autant plus de ferveur à attacher son âme au Seigneur.

Tout en s’efforçant de lui inculquer, avec la crainte de Dieu, l’amour de la vérité et de la justice, elle demanda ardemment au Seigneur de le préserver de la corruption qui régnait à la cour. Elle dévoila à son fils la folie et les souillures de l’idolâtrie, et lui apprit de bonne heure à invoquer celui qui seul pouvait l’entendre et le secourir dans le danger.

Jokébed garda l’enfant auprès d’elle le plus longtemps possible; lorsqu’il eut atteint l’âge de douze ans, elle dut s’en séparer. Le jeune Moïse, échangeant son humble cabane pour le palais royal, fut amené chez la fille du Pharaon, “qui l’adopta pour son fils”. Mais il n’oublia jamais les impressions reçues dans son enfance. Loin de s’effacer de sa mémoire, les enseignements de sa mère le préservèrent de l’orgueil, de l’incrédulité et du vice qui s’étalaient au milieu des splendeurs d’une cour dissipée.

Quelle influence admirable que celle de cette femme, de cette exilée, de cette esclave! Toute la vie de Moïse, la grande mission qu’il remplit à la tête du peuple d’Israël seront le résultat de l’œuvre d’une mère pieuse. Il n’est rien qui égale cette mission. La mère tient pour une large part entre ses mains les destinées de ses enfants…. Elle dépose dans les cœurs une semence qui germera et portera du fruit, soit pour le bien, soit pour le mal. Son œuvre ne consiste pas à jeter sur la toile quelque belle et pure image, ni à l’incruster dans le marbre: elle grave sur l’âme humaine l’image de la Divinité….

Chaque mère de famille doit se dire que tous ses instants ont une valeur incalculable. Son œuvre sera jugée au jour solennel du règlement des comptes.

5 avril, 2017

14 mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 8:24

IL ÉTAIT COMME CHRIST

On l’a provoqué, on lui a lancé des flèches, les archers l’ont poursuivi de leur haine, 24 mais son arc est resté ferme et ses bras ont été fortifiés par l’intervention du Dieu puissant de Jacob. Il est ainsi devenu le berger, le rocher d’Israël.
Genèse 49 : 23,24

La vie de Joseph est une image de la vie de Jésus-Christ. Par envie, ses frères l’avaient vendu comme esclave. Ils voulaient ainsi l’empêcher de devenir plus grand qu’eux. Aussi, quand ils l’eurent exilé en Égypte, se flattèrent-ils à la pensée qu’ils n’auraient plus rien à craindre de ses songes. Mais Dieu dirigea les événements de manière à réaliser précisément ce qu’ils avaient voulu prévenir. De même, les prêtres et les principaux des Juifs, jaloux de Jésus et craignant qu’il n’obtînt du peuple la faveur qu’ils briguaient pour eux-mêmes, le mirent à mort pour l’empêcher de devenir roi. Mais en agissant ainsi, ils contribuèrent précisément à ce résultat.

Sans doute, grâce à son séjour en Égypte, Joseph était devenu un sauveur pour la famille de son père. Toutefois cela ne diminuait point la culpabilité de ses frères. De même, la crucifixion de Jésus fit de lui le Rédempteur de l’humanité, le Sauveur d’une race perdue et le Souverain d’un monde. Mais le crime de ses meurtriers reste tout aussi odieux que si le Père céleste ne l’avait pas fait concourir à sa gloire et au bien des rachetés. Comme Joseph fut vendu par ses frères, Jésus-Christ fut, par l’un de ses disciples, vendu à ses plus mortels ennemis. Joseph, à cause de sa pureté même, fut calomnié et jeté en prison. Ainsi Jésus, en raison de sa vie sainte et désintéressée qui, à elle seule, condamnait le péché, fut méprisé et rejeté, puis condamné sur le témoignage de faux témoins.

Enfin, la patience et la douceur de Joseph devant l’injustice et l’oppression, son empressement à pardonner et sa noble générosité envers ses frères dénaturés préfiguraient le silence et la générosité avec lesquels le Sauveur supporta la brutalité et les outrages des impies, comme aussi le pardon qu’il accorda à ses meurtriers et qu’il offre encore à tous ceux qui viennent à lui, confessant leurs péchés et implorant sa miséricorde.

Celui qui reçoit Christ par la foi… a une relation vivante avec Dieu…. Il transporte alors avec lui le parfum du ciel qui est la grâce de Dieu, un trésor que le monde ne peut acheter. Celui qui est en lien avec Dieu peut se trouver dans une position d’humilité, mais la valeur de sa morale sera aussi précieuse que celle de Joseph.

4 avril, 2017

13 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 7:31

DIEU A UN PLAN

Puis il dit à l’homme: Voici, la crainte du Seigneur, c’est la sagesse; S’éloigner du mal, c’est l’intelligence.
Job 28 : 28

La vie en dents de scie de Joseph n’était pas un accident, mais un plan prévu par la Providence. Mais comment Joseph a-t-il pu faire preuve d’une telle fermeté de caractère, d’intégrité et de sagesse ? C’est le résultat d’un apprentissage attentif dans ses jeunes années. Il remplissait ses devoirs plutôt que de pencher vers ses inclinations, et la pureté et la confiance de ce jeune garçon porta ses fruits dans les actes de cet homme. A moins d’être améliorés, les talents les plus grands ne sont d’aucune valeur. L’habitude de travailler et la force du caractère doivent être acquises par l’exercice. Un caractère moral aigu et les qualités intellectuelles ne sont pas le fruit d’un accident. Dieu donne les opportunités. Le succès dépend de l’usage que l’on fait de ces opportunités. Les ouvertures de la Providence doivent être rapidement discernées, et doivent êtres prises avec enthousiasme.

Dieu se manifesta à travers Joseph non seulement devant le peuple d’Egypte, mais aussi à toute nation liée à ce puissant royaume. Il désirait faire de Joseph un porteur de lumière pour tous les peuples, et Il le plaça près du trône du plus grand empire du monde, afin que la lumière du ciel puisse aller partout.

Peu de personnes comprennent l’influence des petites choses sur le développement du caractère. Rien de ce qui doit nous occuper n’est réellement petit. Les circonstances variées que nous traversons de jour en jour ont pour but de mettre notre fidélité à l’épreuve et de nous qualifier pour des situations plus élevées. Par la stricte adhésion aux principes dans les affaires ordinaires de la vie, l’esprit s’accoutume à placer le devoir au-dessus du plaisir et de l’inclination. Un esprit ainsi discipliné n’oscille pas entre le bien et le mal comme le roseau agité par le vent. Il est fidèle au devoir par habitude de probité et de véracité. C’est par l’honnêteté dans les petites choses qu’on acquiert la force d’être fidèle dans les grandes.

Un caractère droit a plus de valeur que l’or d’Ophir. Sans ce précieux apanage, nul ne peut parvenir à une distinction honorable. Mais le caractère ne s’hérite pas; il ne s’achète pas non plus. L’excellence morale et les délicates facultés de l’intelligence ne sont pas le résultat du hasard. Sans culture, les dons les plus rares restent stériles. L’acquisition d’un beau caractère est le produit d’efforts bien dirigés et persévérants: c’est l’œuvre d’une vie entière. Dieu donne les occasions: le succès dépend de l’usage qu’on en fait.

28 mars, 2017

12 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 20:34

TOUJOURS LE MÊME (Genèse 41 : 1-43)

Si tu vois un homme habile dans son ouvrage, Il se tient auprès des rois; Il ne se tient pas auprès des gens obscurs.
Proverbes 22 : 29

Du cachot, Joseph passait à la dignité de gouverneur de l’Égypte. Mais si elle était entourée d’honneurs, cette charge n’en était pas moins hérissée de périls. Ce n’est pas sans dangers qu’un homme gravit les plus hauts sommets. La tempête, qui laisse intacte l’humble fleur de la vallée, déracine l’arbre géant de la montagne. De même, des hommes restés probes dans une existence ignorée sont facilement entraînés vers l’abîme du mal par les tentations qui les assaillent lorsqu’ils sont parvenus au faîte de la faveur et de la gloire.

Joseph résista à l’épreuve de la prospérité comme il avait supporté celle de l’adversité. Dans le palais des Pharaons comme dans la cellule du prisonnier, il resta fidèle au Seigneur. Étranger dans un pays païen, séparé de sa famille et par conséquent des adorateurs du vrai Dieu, il continua à s’appuyer sur celui qui avait dirigé ses pas jusque-là et il s’acquitta avec probité des devoirs de sa charge. Grâce à lui, le Dieu du ciel fut révélé au roi et aux grands du pays, qui, tout en persistant dans leur idolâtrie, apprirent à respecter les principes glorifiés par la vie et le caractère du serviteur de Jéhovah.

Et si l’on veut savoir comment Joseph fut à même de donner un si bel exemple de fermeté de caractère, de sagesse et de droiture, la réponse n’est pas difficile. Il avait appris dans sa jeunesse à suivre le devoir plutôt que l’inclination. C’est la fidélité, la foi naïve et la noblesse de cœur de l’adolescent qui expliquent les fruits de son âge mûr. Une vie pure et simple avait favorisé l’épanouissement de ses forces physiques et intellectuelles. La communion avec Dieu par l’intermédiaire de ses œuvres et par la contemplation des vérités sublimes confiées aux héritiers de la foi avait élevé et ennobli sa nature spirituelle; elle avait élargi et fortifié son intelligence comme aucune autre étude n’aurait pu le faire. Le fidèle accomplissement du devoir dans toutes les phases de sa vie, de la plus humble à la plus élevée, avait porté chacune de ses facultés à son plus haut degré de développement. Un caractère noble et droit est le résultat d’une vie conforme à la volonté de Dieu.

11 Mars

Classé dans : Vigile "Avec Dieu Chaque Jour" E.White — prieresetvie @ 11:58

UN APPRENTISSAGE EN PRISON (Genèse 39 : 13-23)

On serra ses pieds dans des liens, On le mit aux fers, jusqu’au temps où arriva ce qu’il avait annoncé, Et où la parole de l’Éternel l’éprouva.
Psaumes 105 : 18,19

La fidélité de Joseph l’amena à perdre sa réputation et sa liberté. Voir le mal prospérer alors que la vertu est piétiné dans la terre, c’est là la plus dure des épreuves que peuvent subir ceux qui sont vertueux et qui craignent Dieu…. Malgré toutes ses épreuves, la religion de Joseph lui permis de conserver un doux caractère, et sa sympathie pour les hommes demeura ferme et intense…. A peine arrivé dans sa vie de prisonnier, il mis en œuvre la lumière de ses principes chrétien. Il commença par être utile aux autres…. Il était joyeux, car c’était un chrétien. Dieu le préparait sous sa discipline, à assumer une position de haute responsabilité, d’honneur et d’utilité. Et Joseph était prêt à apprendre ; Il reçu patiemment les enseignements qui Dieu lui donnait. Il apprit à porter le poids de sa jeunesse. Il apprit à gouverner en apprenant tout d’abord à être obéissant.

Le caractère de Joseph brille jusqu’au fond de son cachot. Si ses années de fidélité chez Potiphar ont été mal récompensées, il n’en est pas aigri. La paix que lui donne le sentiment de son innocence lui reste, et il remet toute cette affaire entre les mains de Dieu…. Dans sa prison même, il trouve une œuvre à accomplir. A l’école de l’affliction, sans lui épargner aucune des dures leçons dont il a besoin, Dieu le prépare en vue d’une haute mission. Témoin, dans sa geôle, des résultats de l’oppression et de la tyrannie aussi bien que des conséquences du crime, il apprend la valeur de la justice, de la sympathie, de la miséricorde et il se prépare à exercer le pouvoir avec sagesse et compassion…. La droiture de sa vie quotidienne et sa sympathie pour les affligés lui ouvrirent la voie qui le conduisit à la prospérité et aux honneurs. Tout rayon de bonté que nous projetons sur autrui se retourne sur nous-mêmes. Toute parole aimable et sympathique adressée aux malheureux, tout soulagement apporté aux opprimés et tout secours offert aux nécessiteux renferment en eux-mêmes leur récompense.

10 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 11:24

COMMENT PUIS-JE FAIRE ? (Genèse 39 : 7-12)

Comment ferais-je un aussi grand mal et pécherais-je contre Dieu ? Genèse 39 : 9

Dans la vie d’un jeune, c’est toujours une période critique que d’être séparé de l’influence familial et des sages conseils pour entrer en un lieu d’épreuves. Mais si il ne se place pas dans une telle situation dangereuse volontairement et qu’il se trouve en l’absence de l’aide parentale, si cela survient sans que cela n’ai été choisi ou recherché et qu’il s’appuie sur la force divine et aime Dieu de tout son cœur, alors il protégé afin de ne pas céder à la tentation par le pouvoir de Dieu, qui l’a placé dans cette épreuve. Dieu l’empêchera d’être corrompu par ces affreuses tentation. Dieu était avec Joseph dans son nouveau foyer. Joseph était travailleur, souffrant du mal, mais ne faisant pas le mal. Il eu donc l’amour et la protection de Dieu, car il gardait les principes religieux dans tout ce qu’il entreprenait.

Mais son intégrité devait être soumise à une rude épreuve. La femme de son maître voulut l’entraîner à la violation de la loi de Dieu. Jusque-là, Joseph était demeuré pur au milieu de la corruption qui régnait autour de lui. Mais comment repousser une tentation aussi soudaine, aussi forte, aussi séduisante? Il savait quelle serait la conséquence de sa résistance. D’un côté se plaçaient la duplicité, mais aussi la faveur et les récompenses; de l’autre, la disgrâce, la prison, la mort peut-être. Toute sa carrière future dépendait de sa décision. Joseph restera-t-il fidèle à ses principes et à son Dieu? Les anges observent cette scène avec un intérêt inexprimable.

La conduite de Joseph va révéler la force d’un caractère fondé sur des principes religieux. Sa décision est prise. Quelles qu’en soient les conséquences, il ne trahira ni la confiance de son maître terrestre, ni sa foi envers son Maître céleste. Sous l’œil scrutateur de Dieu, combien de personnes prennent des libertés qu’elles ne se permettraient pas en présence de leurs semblables! Mais il n’en fut pas ainsi avec Joseph: “Comment pourrais-je commettre une si grande faute et pécher contre Dieu?” fut sa réponse.

Nous aussi, nous craindrions de pécher si nous avions toujours à la pensée le fait que Dieu voit et entend tout ce que nous faisons et disons, et qu’il en tient un registre fidèle dont nous aurons à rendre compte.

12345...160
 

verdino poesie. |
Confessions D'une Femm... |
Duo de mémoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Théâtre du Moment
| apprentie
| Labyrinthe