DELIVRANCE

SOYEZ DANS LA JOIE

18 avril, 2017

23 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 8:41

QUI EST L’ÉTERNEL ? (Exode 5 : 7-11)

Ne vous y trompez pas: on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi.
Galates 6 : 7

Pharaon a semé l’obstination, et a récolté l’obstination. Il a lui-même planté cette graine. Dieu n’avait pas besoin d’intervenir sur cette graine pour qu’elle croisse, tout comme Dieu n’a pas besoin d’intervenir sur la croissance d’un grain de maïs. Tout ce que l’on demande, c’est de laisser la graine germer et produire son fruit selon son espèce. La moisson révèlera le type de graine qui a été semé.

Pharaon a vu la puissante œuvre de l’Esprit de Dieu; Il a vu les miracles que le Seigneur a accomplit à travers Son serviteur; Mais il refusa d’obéir au commandement de Dieu. Le roi rebelle demanda fièrement : « Qui est l’Éternel, pour que j’obéisse à sa voix, en laissant aller Israël ? »… Et alors que le jugement de Dieu tombait de plus en plus sévèrement sur lui, il persista dans son entêtement. En rejetant la lumière du ciel, il devint dur et peu impressionnable. La Providence de Dieu a révélé Sa puissance, et ces preuves qui n’ont pas été reconnus ont été la source du durcissement du cœur de Pharaon à la lumière de Dieu. Ceux qui élèvent leurs idées au-dessus de la volonté de Dieu, disent comme Pharaon : « Qui est l’Éternel, pour que j’obéisse à sa voix ? » Chaque rejet de la lumière durci le cœur et assombrit la compréhension. Ainsi, l’homme a de plus en plus de difficultés à distinguer le vrai du faux, et devient de plus en plus téméraires dans la résistance à la volonté de Dieu.

Celui qui refuse de s’amender en portera les conséquences, et Dieu ne s’interposera pas. Un acte coupable prépare le chemin au suivant et rend le cœur moins sensible à l’influence du Saint-Esprit jusqu’au point d’être incapable de le percevoir. « Ce que l’homme aura semé, il le moissonnera aussi. » Celui qui oppose à la vérité un scepticisme narquois ou une stupide indifférence récoltera ce qu’il aura semé. Cela explique comment il arrive à des multitudes de gens d’écouter avec une placide insouciance des vérités qui, un jour, les remuaient jusqu’au fond de l’âme.

14 avril, 2017

22 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 8:24

DIEU L’ENVOYA (Exode 3 : 7-16)

Maintenant, va, je t’enverrai auprès de Pharaon, et tu feras sortir d’Égypte mon peuple, les enfants d’Israël.
Exode 3 : 10

Le temps de la délivrance était enfin arrivé. Les desseins de Dieu allaient s’accomplir, et l’orgueil des hommes sombrer dans le mépris. Le libérateur était sur le point de paraître en la personne d’un humble berger, avec, pour toute arme, une verge à la main; mais, de cette verge, Dieu ferait le symbole de sa puissance….

L’appel divin adressé à Moïse l’avait trouvé timide, se défiant de lui, la parole embarrassée et consterné à la pensée de son incapacité à être l’interprète de Dieu auprès d’Israël. Mais lorsqu’il eut accepté cette mission, il y entra de tout son cœur et avec une pleine confiance en l’Éternel…. Sa prompte obéissance fut récompensée, car il devint éloquent, optimiste, maître de lui, en un mot propre à accomplir la plus grande mission qui eût jamais été confiée à un être humain. C’est là un exemple de ce que Dieu peut faire pour affermir le caractère de ceux qui s’abandonnent sans réserve à sa volonté et à sa puissance.
L’homme qui accepte les responsabilités que Dieu lui offre et y apporte toute l’énergie de son âme, acquerra les forces et l’efficacité qui lui sont nécessaires. Quelque humble que soit sa position, et quelque limités que soient ses talents, celui qui s’efforce d’accomplir son devoir avec fidélité….

En route pour l’Égypte, Moïse reçut un avertissement saisissant du déplaisir de Dieu. Un ange lui apparut dans l’attitude menaçante d’un ennemi prêt à le frapper à mort. Aucune explication ne lui était donnée. Mais l’homme de Dieu se souvint… qu’il avait négligé d’appliquer à son plus jeune fils l’ordonnance relative à la circoncision…. Dans l’accomplissement de sa mission auprès du Pharaon, Moïse allait courir de grands dangers; sa vie ne pouvait être conservée que grâce à la protection des anges sur laquelle il ne pouvait compter que s’il ne négligeait aucun devoir.

Dans le temps de détresse qui aura lieu immédiatement avant le retour du Seigneur, les justes ne pourront échapper à la mort que par le ministère des saints anges. Mais cette sécurité sera refusée aux transgresseurs de la loi de Dieu. A ce moment-là, les messagers célestes ne pourront protéger ceux qui violeront un précepte quelconque de cette loi.

13 avril, 2017

21 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 8:10

APPRENDRE ET DÉSAPPRENDRE (Exode 2 : 15 – 3 : 1)

Car l’Éternel donne la sagesse; De sa bouche sortent la connaissance et l’intelligence
Proverbes 2 : 6

Dans les déserts de Madian, Moïse passa quarante années à garder les moutons. En apparence, sa mission était remise à tout jamais; en fait, il se préparait à l’accomplir.

Moïse avait d’ailleurs beaucoup de choses à désapprendre. L’affection de sa mère adoptive, la dissipation étalée partout au grand jour, les raffinements, les roueries et le mysticisme d’une fausse religion, les splendeurs d’un culte idolâtre, les œuvres imposantes de l’architecture et de la sculpture, tout cela s’était profondément incrusté dans son cœur et dans sa jeune imagination, et avait en quelque sorte formé ses habitudes et pétri son caractère. Le temps, un changement d’entourage et la communion avec Dieu pouvaient seuls effacer ces impressions. Pour arriver à échanger l’erreur contre la vérité, Moïse devra soutenir des luttes très douloureuses. Mais Dieu sera son secours, et il le soutiendra quand le combat sera trop rude pour ses faibles forces….

Celui qui veut recevoir le secours d’en-haut doit être conscient de sa faiblesse et de ses imperfections. Il faut qu’il se prépare aux grands changements qui doivent s’opérer en lui…. Que d’hommes n’arrivent jamais à la position qu’ils pourraient atteindre dans l’œuvre de Dieu pour la raison qu’ils attendent du ciel ce qu’il leur a donné la force d’accomplir eux-mêmes….

Derrière un rempart de montagnes, Moïse était seul avec Dieu. Les yeux et l’esprit délivrés du spectacle éblouissant des temples égyptiens, comme de l’erreur et des superstitions de leurs cultes, il pouvait contempler en paix la solennelle majesté des collines éternelles, la grandeur de Dieu et, par contraste, le néant de l’idolâtrie. Il lisait partout le nom du Créateur; partout il se sentait enveloppé de sa présence et couvert de sa protection. Peu à peu, dans l’austère simplicité de la vie du désert, sa suffisance, son orgueil, l’amour du faste et du confort disparurent. Il devint patient, brave, modéré. Enraciné dans sa foi au Puissant de Jacob, il finit par devenir “un homme fort doux, plus qu’aucun homme qui fût sur la terre”.

12 avril, 2017

20 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 7:43

VOIR L’INVISIBLE

C’est par la foi qu’il quitta l’Égypte, sans être effrayé de la colère du roi; car il se montra ferme, comme voyant celui qui est invisible.
Hébreux 11 : 27

Moise possédait le sens profond de la présence de Dieu. Il ne regardait pas simplement au travers des siècles, vers le temps où le Christ serait manifesté dans la chair, mais il le voyait accompagnant d’une manière toute spéciale les enfants d’Israël au cours de leurs voyages. Dieu était pour lui une réalité, toujours présent à sa pensée. Incompris, appelé à s’exposer au danger et à subir l’outrage pour l’amour du Christ, il l’acceptait sans se révolter. Moise croyait en Dieu comme en celui qui lui était indispensable et qui viendrait à son aide au moment opportun. Dieu était pour lui un secours toujours présent.

Bien souvent la foi que nous avons sous les yeux est purement formaliste; la foi vraie, confiante et persévérante est rare. Moise réalisa dans sa propre expérience la promesse que Dieu récompense ceux qui le recherchent avec persévérance. Il avait les yeux fixés sur la rémunération. Dieu récompense l’homme de foi et d’obéissance. Si cette foi est active, elle permet a tous ceux qui aiment et qui craignent Dieu de supporter l’épreuve. Moise était rempli de confiance en Dieu parce qu’il mettait sa foi en pratique. Il avait besoin de secours et il priait pour le recevoir. Il avait ainsi la certitude que Dieu prenait soin de lui. Il croyait que le Seigneur le dirigeait et il constatait sa présence dans tous les détails de sa vie, et était persuadé d’être observé par celui qui voit tout, qui pèse les mobiles et sonde les cœurs. Il regardait à Dieu et il comptait sur lui pour triompher de toutes les tentations…. La présence de Dieu était indispensable pour traverser les situations les plus critiques.

Moise ne pensait pas seulement à Dieu, il le voyait. Dieu était constamment devant lui et jamais il ne le perdait de vue. Il voyait Jésus comme son Sauveur et il croyait que ses mérites lui seraient imputés. Cette foi n’était pas pour lui quelque chose de vague, c’était une réalité. Telle est la foi dont nous avons besoin, la foi qui nous fait triompher de l’épreuve. Combien souvent nous succombons à la tentation parce que nous ne gardons pas les yeux fixés sur Jésus !

11 avril, 2017

19 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 20:23

DE PLUS GRANDE VALEUR

Regardant l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Égypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération.
Hébreux 11 : 26

Moïse a été un étudiant. Il était versé dans tous les enseignements des Egyptiens, mais cela ne suffisait pas pour être prêt pour l’œuvre qu’il devrait mener. Il était dans le plan de Dieu que Moïse apprenne à être patient, et à tempérer ses passions. Dans l’école de l’abnégation et de l’adversité, il devait recevoir une éducation qui sera de la plus haute importance pour lui. Ces épreuves l’ont préparé à exercer un soin paternel envers tous ceux qui avaient besoin de son aide. Aucune connaissance, aucune étude, aucun discours ne peut se substituer à l’expérience de l’épreuve pour celui qui doit protéger les âmes dont il doit rendre compte. En travaillant comme un simple berger, en s’oubliant soi-même et en se souciant du troupeau qui est à sa charge, Moïse devint apte pour l’œuvre la plus exaltante qui ait été donné à un homme : être le berger des agneaux du pâturage du Seigneur.

Ceux qui craignent Dieu doivent être connectés à Lui. Christ est l’enseignant le plus parfait que le monde ait connu. Recevoir de Lui la sagesse et la connaissance avait plus de valeur pour Moïse, que tous les enseignements des Egyptiens….
La foi de Moïse l’a mené à regarder à ce qui est invisible, à ce qui est éternel. Il laissa les magnifiques attraits d’une courte vie car le péché s’y trouvait. Il abandonna les cadeaux et les biens qui flattent et qui ne mènent qu’à la ruine et à la destruction. Les réels attraits, ce qui est éternel était importants pour lui. Les sacrifices qui Moïse a fait n’étaient pas réellement des sacrifices. Il devait laisser partir les cadeaux, les apparences, et les bien qui flattent pour ce qui est bien réels, de haute valeur et immortel.

Moïse a enduré les reproches du Christ, car il considérait que ces reproches étaient des trésors de bien plus grande valeur que tous les trésors d’Egypte. Il croyait ce que Dieu disait et il n’était pas influencé à s’écarter de la droiture par les reproches du monde. Il marcha sur la Terre librement, tel un homme de Dieu…. Il regarda à ce qui était invisible, et ne s’en venta point. Les prix et les récompenses l’attiraient, et il pourrait en être de même pour nous. Il connaissait Dieu.

18 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 8:35

L’UNIVERSITÉ DE DIEU

Car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu. Aussi est-il écrit: Il prend les sages dans leur ruse.
1 Corinthiens 3 : 19

Dans leurs efforts pour se rendre dignes d’être collaborateurs de Dieu par leur propre force, les hommes se mettent souvent dans des situations qui les disqualifient pour être modelés et façonnés comme le Seigneur le voudrait. Ainsi, ils ne sont pas modelés selon la similitude divine comme Moïse a pu l’être. En se soumettant à la discipline de Dieu, Moïse devint un canal sanctifié à travers lequel le Seigneur pouvait travailler. Moïse n’a pas hésité à changer ses voies pour les voies du Seigneur, même si cela l’a mené sur des chemins étranges, des chemins qui n’ont jamais été empruntés….
Ce n’était pas l’enseignement des écoles d’Égypte qui a permis à Moïse de triompher de tous ses ennemis, mais une foi respectueuse, une foi inébranlable, une foi qui ne faillit pas face aux circonstances les plus difficiles…. Moïse agissait comme s’il voyait l’Invisible.

Dieu ne recherche pas des hommes à l’éducation parfaite…. Le Seigneur veut des hommes qui apprennent à apprécier le privilège d’être des ouvriers de Dieu, des hommes qui l’honoreront en étant obéissants à Ses attentes en dépit des théories qui leur ont été inculqués….

Beaucoup de ceux qui cherchent à être efficaces pour l’œuvre de Dieu en perfectionnant leur éducation à l’école des hommes, découvriront qu’ils ont échoué à apprendre les leçons bien plus importantes que le Seigneur veut leur enseigner. En négligeant de se soumettre à l’œuvre du Saint-Esprit en ne vivant pas dans l’obéissance de toutes les exigences de Dieu, leur efficacité spirituelle est affaiblie…. En s’abstenant de l’école de Christ, ils ont oublié le son de la voix du Maître, et Il ne peut plus les diriger. Même si les hommes venaient à acquérir toutes les connaissances possibles que les enseignants humains pouvaient donner, la sagesse que Dieu attend des hommes est bien plus grande. Comme Moïse, ils doivent apprendre la douceur, l’humilité du cœur, et la méfiance de soi. Notre Sauveur lui-même alors qui était sur Terre a reconnu qu’il ne peut rien faire de lui-même. Nous devons aussi apprendre qu’il n’y a pas de force dans l’humanité. L’homme ne devient efficace qu’en devenant partie prenante de la nature divine.

10 avril, 2017

17 Mars

Classé dans : Vigile "Son & Daughter of God" E. White — prieresetvie @ 7:52

LA VOIE DES HOMMES (Exode 2 : 11-15)

Moïse fut instruit dans toute la sagesse des Égyptiens, et il était puissant en paroles et en oeuvres.
Actes 7 : 22

Moïse a cru que la sagesse égyptienne le qualifiait pleinement à délivrer Israël de l’esclavage. Ne connaissait-il pas tout ce qui était nécessaire à un général d’armée? N’avait-il pas profité des meilleures écoles du pays? Il se sentait capable de délivrer son peuple. Il s’est mis à l’ouvrage en cherchant à gagner la faveur des siens, redressant les offenses. Il a tué un Égyptien qui se montrait injuste envers un Israélite. En cela, il faisait preuve du même esprit meurtrier que celui qui avait tué dès le commencement; il s’est montré incapable de représenter un Dieu de miséricorde, d’amour et de tendresse.
Moïse a échoué misérablement lors de sa première tentative. Comme beaucoup d’autres, il a aussitôt perdu confiance en Dieu et s’est détourné de sa tâche. Il s’est enfui loin de la colère du pharaon. Il a conclu que parce qu’il avait gravement péché en tuant un Égyptien, Dieu ne lui permettrait pas d’aider son peuple à se libérer de son cruel esclavage. Mais le Seigneur a permis qu’il en soit ainsi, afin d’enseigner à Moïse la douceur, la bonté et la patience qu’il est nécessaire à tout ouvrier du Maître de posséder s’il veut servir sa cause avec succès….

Le Seigneur permis à Moïse de montrer la folie de la sagesse humaine et la faiblesse de la force des hommes afin qu’il puisse comprendre que sans l’aide du Christ, il est totalement impuissant et inefficace.

En tuant un Égyptien, Moïse était tombé dans l’erreur souvent commise par ses pères, erreur qui consistait à vouloir faire eux-mêmes ce que le Seigneur avait promis d’accomplir lui-même. Dieu ne se proposait nullement, comme Moïse le pensait, de délivrer son peuple par la guerre, mais par sa propre puissance, afin que lui seul en eût toute la gloire. Il fit néanmoins contribuer cette erreur à l’accomplissement de sa volonté. Moïse n’était pas prêt pour la grande œuvre qui l’attendait. Comme Abraham et Jacob, il devait apprendre à ne pas compter, pour exécuter les promesses divines, sur la force ou sur la sagesse humaine, mais sur la seule puissance de Dieu.

6 avril, 2017

16 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 7:33

LE BON CHOIX

C’est par la foi que Moïse, devenu grand, refusa d’être appelé fils de la fille de Pharaon, aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que d’avoir pour un temps la jouissance du péché.
Hébreux 11 : 24, 25

Dans les écoles d’Egypte, Moïse reçut l’instruction civile et militaire la meilleure possible. Très attachant, imposant, cultivé, d’allure princière, chef militaire renommé, il devint la fierté de la nation.

En vertu des lois, on ne pouvait occuper le trône du Pharaon sans appartenir à la caste sacerdotale. En conséquence, en sa qualité d’héritier présomptif, Moïse dut être initié aux mystères de la religion nationale…. Il les étudia avec un zèle infatigable; mais on ne put jamais le déterminer à sacrifier aux faux dieux. Il fut alors averti que s’il persistait dans la foi hébraïque, sa déchéance serait prononcée par la princesse. Mais il demeura inflexible dans sa décision de ne rendre hommage qu’au seul Dieu créateur des cieux et de la terre. Dans ses discussions avec les prêtres et le peuple, il démontrait combien était insensée la vénération superstitieuse qu’ils accordaient à des objets inanimés. Personne ne pouvait réfuter ses arguments ni changer sa manière de voir….

Moïse était capable d’occuper un rang élevé parmi les grands de la terre; il pouvait briller à la cour du plus glorieux empire et en tenir dignement le sceptre. Sa supériorité intellectuelle le plaçait au-dessus des grands hommes de tous les siècles. Comme historien, poète, philosophe, général et législateur, il était sans égal. Et néanmoins, ayant le monde entier devant lui, il eut la force morale de renoncer aux perspectives brillantes de la richesse et des grandeurs humaines….

Moïse avait appris quelle serait la récompense finale réservée aux humbles et fidèles serviteurs de Dieu. Pour lui, toute la gloire mondaine était éclipsée par cette promesse. Le trône et le somptueux palais des Pharaons lui étaient offerts. Mais il connaissait les péchés et l’impiété qui régnaient dans ce milieu séducteur. Par-delà les magnifiques résidences, par-delà la couronne d’un empire, il entrevoyait la gloire incomparable qui sera le partage des saints du Très-Haut dans un règne de pureté et d’innocence. Il voyait le diadème impérissable que le Roi du ciel placera sur le front des vainqueurs.

15 Mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 7:21

UNE MÈRE ESCLAVE (Exode 2 : 1-10)

Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre; Et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas.
Proverbes 22 : 6

Jokébed était une femme, une esclave. Sa condition était humble, son fardeau, lourd. Mais jamais le monde ne reçut de plus grande bénédiction à travers une femme qu’à travers elle, si l’on excepte Marie de Nazareth. Sachant que son fils [Moïse] serait bientôt enlevé à ses soins, remis à des gens ignorants de Dieu, elle chercha avec d’autant plus de ferveur à attacher son âme au Seigneur.

Tout en s’efforçant de lui inculquer, avec la crainte de Dieu, l’amour de la vérité et de la justice, elle demanda ardemment au Seigneur de le préserver de la corruption qui régnait à la cour. Elle dévoila à son fils la folie et les souillures de l’idolâtrie, et lui apprit de bonne heure à invoquer celui qui seul pouvait l’entendre et le secourir dans le danger.

Jokébed garda l’enfant auprès d’elle le plus longtemps possible; lorsqu’il eut atteint l’âge de douze ans, elle dut s’en séparer. Le jeune Moïse, échangeant son humble cabane pour le palais royal, fut amené chez la fille du Pharaon, “qui l’adopta pour son fils”. Mais il n’oublia jamais les impressions reçues dans son enfance. Loin de s’effacer de sa mémoire, les enseignements de sa mère le préservèrent de l’orgueil, de l’incrédulité et du vice qui s’étalaient au milieu des splendeurs d’une cour dissipée.

Quelle influence admirable que celle de cette femme, de cette exilée, de cette esclave! Toute la vie de Moïse, la grande mission qu’il remplit à la tête du peuple d’Israël seront le résultat de l’œuvre d’une mère pieuse. Il n’est rien qui égale cette mission. La mère tient pour une large part entre ses mains les destinées de ses enfants…. Elle dépose dans les cœurs une semence qui germera et portera du fruit, soit pour le bien, soit pour le mal. Son œuvre ne consiste pas à jeter sur la toile quelque belle et pure image, ni à l’incruster dans le marbre: elle grave sur l’âme humaine l’image de la Divinité….

Chaque mère de famille doit se dire que tous ses instants ont une valeur incalculable. Son œuvre sera jugée au jour solennel du règlement des comptes.

5 avril, 2017

14 mars

Classé dans : Vigile "Conflict and Courage" E. White — prieresetvie @ 8:24

IL ÉTAIT COMME CHRIST

On l’a provoqué, on lui a lancé des flèches, les archers l’ont poursuivi de leur haine, 24 mais son arc est resté ferme et ses bras ont été fortifiés par l’intervention du Dieu puissant de Jacob. Il est ainsi devenu le berger, le rocher d’Israël.
Genèse 49 : 23,24

La vie de Joseph est une image de la vie de Jésus-Christ. Par envie, ses frères l’avaient vendu comme esclave. Ils voulaient ainsi l’empêcher de devenir plus grand qu’eux. Aussi, quand ils l’eurent exilé en Égypte, se flattèrent-ils à la pensée qu’ils n’auraient plus rien à craindre de ses songes. Mais Dieu dirigea les événements de manière à réaliser précisément ce qu’ils avaient voulu prévenir. De même, les prêtres et les principaux des Juifs, jaloux de Jésus et craignant qu’il n’obtînt du peuple la faveur qu’ils briguaient pour eux-mêmes, le mirent à mort pour l’empêcher de devenir roi. Mais en agissant ainsi, ils contribuèrent précisément à ce résultat.

Sans doute, grâce à son séjour en Égypte, Joseph était devenu un sauveur pour la famille de son père. Toutefois cela ne diminuait point la culpabilité de ses frères. De même, la crucifixion de Jésus fit de lui le Rédempteur de l’humanité, le Sauveur d’une race perdue et le Souverain d’un monde. Mais le crime de ses meurtriers reste tout aussi odieux que si le Père céleste ne l’avait pas fait concourir à sa gloire et au bien des rachetés. Comme Joseph fut vendu par ses frères, Jésus-Christ fut, par l’un de ses disciples, vendu à ses plus mortels ennemis. Joseph, à cause de sa pureté même, fut calomnié et jeté en prison. Ainsi Jésus, en raison de sa vie sainte et désintéressée qui, à elle seule, condamnait le péché, fut méprisé et rejeté, puis condamné sur le témoignage de faux témoins.

Enfin, la patience et la douceur de Joseph devant l’injustice et l’oppression, son empressement à pardonner et sa noble générosité envers ses frères dénaturés préfiguraient le silence et la générosité avec lesquels le Sauveur supporta la brutalité et les outrages des impies, comme aussi le pardon qu’il accorda à ses meurtriers et qu’il offre encore à tous ceux qui viennent à lui, confessant leurs péchés et implorant sa miséricorde.

Celui qui reçoit Christ par la foi… a une relation vivante avec Dieu…. Il transporte alors avec lui le parfum du ciel qui est la grâce de Dieu, un trésor que le monde ne peut acheter. Celui qui est en lien avec Dieu peut se trouver dans une position d’humilité, mais la valeur de sa morale sera aussi précieuse que celle de Joseph.

12345...161
 

verdino poesie. |
Confessions D'une Femm... |
Duo de mémoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Théâtre du Moment
| apprentie
| Labyrinthe